Bien cordialement,

celui là 7 sur l'échelle de Richter

La magnitude d'un tremblement de terre est une mesure de quantité de l'énergie libérée au foyer d'un séisme.

Plus le séisme a libéré d'énergie, plus la magnitude est élevée, il s'agit d'une échelle logarithmique : un accroissement de magnitude de 1 correspond à une multiplication par 30 de l'énergie et par 10 de l'amplitude du mouvement1.

Les médias emploient souvent les termes d'échelle de Richter ou d'échelle ouverte de Richter, mais ils sont impropres : l'échelle de Richter, stricto sensu, est une échelle locale, surtout adaptée aux tremblements de terre californiens. Les magnitudes habituellement citées de nos jours sont en fait des magnitudes de moment (notées Mw)2.

 

Plus le séisme a libéré d'énergie, plus la magnitude est élevée, il s'agit d'une échelle logarithmique : un accroissement de magnitude de 1 correspond à une multiplication par 30 de l'énergie et par 10 de l'amplitude du mouvement1.

Les médias emploient souvent les termes d'échelle de Richter ou d'échelle ouverte de Richter, mais ils sont impropres : l'échelle de Richter, stricto sensu, est une échelle locale, surtout adaptée aux tremblements de terre californiens. Les magnitudes habituellement citées de nos jours sont en fait des magnitudes de moment (notées Mw)2.

La magnitude et l'intensité (comme l'échelle de Mercalli) sont deux mesures différentes. L'intensité est une mesure des dommages causés par un tremblement de terre. Il existe des relations reliant l'intensité maximale ressentie et la magnitude mais elles sont très dépendantes du contexte géologique local. Ces relations servent en général à donner une magnitude aux tremblements de terre historiques.