La curiosité est un joli défaut. En est-elle même toujours un ? Je n’en suis pas sûr. Nous lui devons les nombreux progrès de nos sciences : c’est la curiosité qui nous fait explorer l’infiniment grand et l’infiniment petit, l’univers et l’atome. Le monde est un problème pour l’homme, qu’il veut résoudre : la curiosité l’y pousse et c’est tant mieux.

Pour obtenir ces clichés hors du commun, Vadim Trunov a préparé le terrain pendant plusieurs jours précédant la capture des images. Afin d’attirer et de familiariser les animaux sauvages à son « spot », il a d’abord placé un peu de nourriture (des graines de tournesol pour les oiseaux, et des noix pour les écureuils) dans les environs. Le photographe a même été jusqu’à installer des « distributeurs de nourriture » dans les arbres à proximité. Une fois une petite colonie d’oiseaux et de rongeurs curieux des lieux, il ne lui restait plus qu’à attendre à quelques mètres de là pour ce moment fatidique qui, immortalisé, créerait le cliché parfait. On fera remarquer que s’il existe une polémique quant à certains photographes peu scrupuleux qui capturent et engourdissent les animaux pour faciliter leur photographie, Vadim met un point d’honneur à respecter les créatures qu’il immortalise.

  • photo Vadim Trunov

  • photo Vadim Trunov