Henri Cartier-Bresson est un photographe, photojournaliste et dessinateur français. Connu pour la précision et le graphisme de ses compositions, il s'est surtout illustré dans la photographie de rue, la représentation des aspects pittoresques ou signifiants de la vie quotidienne.

Biographie d'Henri Cartier-Bresson
Henri Cartier-Bresson, né le 22 août 1908 à Chanteloup-en-Brie et mort le 3 août 2004 à Montjustin dans les Alpes de Haute Provence, est considéré comme l'un des monstres sacrés de la photographie mondiale, en matière d'art comme de photojournalisme. Il s'intéresse dès l'âge de 15 ans à la peinture et, après trois échecs au baccalauréat, étudie dans l'atelier d'André Lhote (1927-1928). En 1930, au retour d'un séjour en Côte d'Ivoire, il décide d'être photographe. Deux ans plus tard, New York consacre une exposition aux «carnets de croquis» photographiques du jeune homme. Il parcourt la planète en long et en large, part en Afrique noire et en Espagne, d'où il ramène des images inoubliables de la guerre civile, et rencontre aux Etats-Unis le cinéaste Jean Renoir, dont il devient l'assistant pour «Une partie de campagne» et «La règle du jeu» (1938). Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier par les Allemands et reste en captivité de 1940 à 1943. Il s'évade, rejoint la Résistance et s'associe à un groupe de professionnels qui photographient la libération de Paris. Dépouillés mais composés comme une peinture, ses portraits de prisonniers ou de «traîtres» rasés par la foule sont saisissants d'émotion. L'hommage que lui rend le Museum of Modern Art de New York, en 1947, lui confère une notoriété mondiale à 39 ans. La même année, il fonde, avec les reporters Robert Capa, David Seymour et George Rodger, l'agence photographique Magnum.
Il a épousé en 1970 Martine Franck, également un grand nom de la photographie. Lors de ses voyages, Cartier-Bresson «tenait son journal de bord non avec des mots mais avec des images», parcourant le globe en quête du cliché d'exception depuis que, à la fin des années 1920, l'écrivain Paul Morand lui avait dit: «Allez donc en Patagonie, vous verrez de très belles tempêtes». Sa 95ème année avait été marquée par une exposition à la Bibliothèque nationale de France (BNF), la création de la Fondation Henri Cartier-Bresson, notamment pour préserver et garantir l'indépendance de son oeuvre, et par la création d'un grand prix de photo portant son nom. De la guerre civile espagnole à la révolution chinoise, de l'Inde au Sud profond des Etats-Unis, de Truman à De Gaulle, de Faulkner à Picasso, peu d'événements ou de géants de l'histoire auront échappé à son Leica.


Parmi les appareils de Cartier- Bresson, un Leica III des années 34, qui a été exposé à Paris dans le cadre d' une rétrospective.